4 décisions qui vont changer ta vie

Vous savez, il y a certaines années que vous ne pourrez jamais oublier dans votre vie. Peut-être que vous n’allez pas oublier l’année où vous avez rencontré votre conjoint ou votre conjointe, l’année où vous vous êtes marié l’année où vous avez perdu un être cher, et peut-être d’autres années. Moi, une des années que je n’oublierai jamais, c’est l’année 2016. Parce qu’en 2016, j’ai pris des décisions très importantes qui m’ont permis de passer à un autre niveau dans mes finances personnelles et dans un business. Quelles sont ces décisions que j’ai prises en fin 2016 ? J’en partage quatre, quatre super importantes qu’il vous faut prendre également aujourd’hui si vous voulez passer un autre niveau dans vos finances personnelles. Donc quelles sont ces décisions que j’ai prises qui m’ont permis vraiment de voir un changement drastique dans mes finances personnelles. 

Aujourd’hui, je vais te parler de l’année 2016 qui a été une année très importante pour moi. J’étais quelqu’un qui était assez dépensier avant. J’ai commencé à travailler en 2010, je gagnais 2500 euros. En 2016, j’ai pu multiplier jusqu’à obtenir 4000 euros par mois net de salaire pendant que je vivais à Paris. Mais par contre, mes finances personnelles étaient un désastre. J’ai dépensé de l’argent comme pas possible, j’étais endetté à plus de 50000 euros, j’étais toujours à découvert également et il m’a fallu prendre des décisions vraiment drastiques, importantes et déterminantes pour me permettre de passer à une autre étape. Et ce sont ces décisions que je vais partager avec toi maintenant. La première décision qui est de loin la plus importante, c’est de décider de s’éduquer financièrement. Quand j’ai pris la décision et quand surtout j’ai fait le constat que je n’avais pas d’éducation financière, j’ai pris la décision de m’éduquer financièrement. Et toi également, c’est ce qu’il faut faire parce que malheureusement, notre système éducatif est très pauvre en termes d’éducation financière. On apprend aux gens à juste devenir de bons salariés, c’est ce qu’on apprend dans nos différentes écoles. Moi je n’arrête pas de dire que j’étais un pur produit de l’école. Je suis parti à l’école, j’étais tout le temps premier de la classe et après, quand vous êtes premier de la classe, on vous dit ayez un bon boulot, après un bon boulot, prenez des prêts, finissez avec des prêts et vivez votre vie comme ça. Donc moi, j’ai fait ça jusqu’à ce que je comprenne que non, ce n’est pas la meilleure façon pour moi de vivre. Et il fallait que j’apprenne en plus à être entrepreneur, à être investisseur, à multiplier mes revenus. Mais d’abord à savoir gérer mes finances. Et donc j’ai pris la décision en fin 2016 de savoir gérer mes finances personnelles, ce qui m’a permis quelques mois plus tard de pouvoir rembourser plus de 50000 euros de dettes que j’avais à l’époque, et en même temps, de pouvoir épargner le maximum. L’éducation financière te permettra de pouvoir gérer tes finances personnelles d’apprendre sur l’épargne, qu’est-ce que c’est que l’épargne, comment épargner, d’apprendre sur le fond de sécurité qu’il faut avoir. L’épargne de sécurité, c’est tout simplement six mois de salaire que tu mets de côté au cas où il t’arrive quelque chose demain d’imprévu, que tu aies un accident, que tu perdes ton boulot, au moins que tu aies quelque chose sur quoi te reposer. Comment s’éduquer financièrement ? Tout simplement en lisant des livres d’abord. Il y a pas mal de livres qui sont super connus, Tu as Père riche, père pauvre qui te donne vraiment les bases de l’éducation financière. Après si tu veux épargner, tu as L’homme le plus riche de Babylone qui te permet d’épargner de façon vraiment intéressante. Si tu lis déjà ces deux livres, je t’assure que tu as déjà un bon niveau. Si tu veux avoir d’autres livres, mets-le dans les commentaires et partagerai ces livres avec toi. 

Donc ça, c’est la première décision qu’il te faut prendre si tu veux changer tes finances. Peut-être qu’aujourd’hui, tu es endetté, tu es à découvert comme je l’ai été et tu ne te sens pas en sécurité, tu vas de problème en problème, tu as un gros prêt à rembourser, il faut que tu apprennes à gérer tes finances. Ca s’apprend réellement. Moi, j’ai appris et si moi, avec le niveau d’éducation financière que j’avais à l’époque, j’ai pu apprendre, je parie que toi aussi, tu pourras le faire. La deuxième décision que j’ai prise qui m’a fait passer à un autre niveau dans mes finances est tout simplement de me séparer des personnes avec une mentalité pauvre. La mentalité pauvre est la pire chose qui puisse arriver à quelqu’un. Et moi, j’avais cette mentalité-là. La mentalité pauvre, ça n’a rien à voir avec l’argent que vous avez. J’avais 4000 euros net de salaire par mois quand je vivais à Paris mais j’étais pauvre. Parce que tout simplement, la mentalité de pauvre est une mentalité limitante, est une mentalité qui veut que tu dépenses et tu dépenses. C’est cette même mentalité qui te fait avoir des dépenses plus grandes que tes revenus, et donc évite les personnes qui ont cette mentalité là. Les personnes qui ont des mentalités limitantes, qui se disent et non l’argent tu ne vas pas gérer, ou bien l’argent c’est fait pour être dépensé, ou bien l’argent ça ne sert à rien. Les personnes qui veulent rester tout le temps pauvres mais qui envient les personnes qui sont riches, ce sont des personnes à éviter. Et moi quand, je vivais à Paris, parce que j’avais de très bons revenus et donc quand je voyais tous les gens autour de moi, j’étais celui qui avait les plus grands revenus. Et donc je me croyais roi au royaume des borgnes. Je ne voyais pas la nécessité de vraiment apprendre à gérer mon argent, à faire en sorte d’en avoir plus parce que quand je regardais tous ceux autour de moi, c’était les gens qui ne savaient pas gérer leur argent, ce sont des gens qui étaient vraiment avec des petits boulots, qui avaient des smic par ci, des trucs par là. Donc moi, j’étais confortable et c’était une des raisons pour lesquelles vraiment j’avais cette gestion calamiteuse de mes finances. Mais quand je suis venu à Dubaï, que j’ai déménagé à Dubaï, si vous venez ici, c’est un autre game. Vous voyez les gens richissimes partout, là vous vous dites waouh, je suis peut-être le dernier, il faut que je rattrape mon retard. Vous voyez la différence dans un monde français, dans un système français, on va vous limiter : « non, ça tu ne peux pas faire, il ne faut pas faire ci et ça » C’est ce que j’appelle la mentalité de pauvre. Alors qu’ici à Dubaï, dans une mentalité de riches, on vous dit tout est possible, rien n’est impossible. Le maximum d’argent vous pouvez gagner, gagner et faites-le. 

Pendant que j’étais à Paris, c’était juste des discussions de pauvres aussi que j’avais. On parlait des gens, on critiquait ici, « ah, tu as vu celle-là avec ses grosses fesses, tu as vu celui-là il cherche toutes les femmes… » donc une mentalité de pauvres, c’est tout simplement ceux qui parlent beaucoup des autres sans se concentrer sur ce qui peut leur apporter quelque chose. Alors que la mentalité des riches, les discussions qu’on a ici franchement, c’est « moi j’ai deux appartements et avec ces deux appartements, je me demande bien comment je vais faire, est-ce que j’en achète un troisième » et là, toi qui es à côté, tu dis tu veux acheter un troisième appartement et moi j’en ai qu’un, mais il faut que je me dépêche pour avoir un deuxième ! Donc il y a des concours comme ça qu’on fait pour voir qui va avoir le plus grand nombre d’appartements, d’immeubles de rapport, d’investissement en bourse et tout. C’est ce genre de conversation qui vont te permettre d’avoir un certain niveau dans tes finances c’est ce genre de personnes qui te permettront de te tirer vers le haut. Donc franchement moi en 2016, j’ai pris la décision, j’ai tout coupé, j’ai coupé les réseaux sociaux, j’ai coupé Facebook. D’ailleurs, ce n’était que Facebook que j’utilisais à l’époque. J’ai coupé les ponts avec vraiment tout le monde. Parfois les gens se demandaient mais qu’est-ce qui était arrivé ? Mais j’en avais besoin pour me retrouver avec moi-même, pour faire une introspection qui me permettrait de pouvoir passer à un autre niveau de ma vie. Donc regarde autour de toi, regarde les gens qui sont autour de toi, si ce sont des gens avec une mentalité de pauvre qui ne veulent pas avancer, qui se contentent de ce qu’ils ont aujourd’hui et qui ont une pensée limitante. Je pense que c’est le moment de te séparer de pas mal de personnes. Ca peut faire mal mais écoute, c’est pour ton bien et tu ne vas pas le regretter. Et une fois que tu te sépares des gens avec une mentalité de pauvre, la troisième étape ou la troisième décision importante à prendre, c’est d’être décomplexé par rapport à l’argent. 

Malheureusement dans la communauté afro, nous sommes trop complexés par rapport à l’argent. Parfois, nous n’avons pas l’argent et nous envions ceux qui ont l’argent parce qu’on se dit qu’ils ont certainement volé, leur père est ministre en Afrique, c’est pour ça, lui on sait ce qu’il fait ici, peut-être qu’il vend son derrière ou bien qu’il est dans une secte. C’est toujours comme ça quand quelqu’un devient riche en Afrique, c’est ce qu’on dit. Il faut qu’on soit décomplexés par rapport à l’argent réellement, il ne faut pas qu’on voie en mal celui qui a réussi, il ne faut pas qu’on jalouse celui qui a réussi, il ne faut pas jalouser celui qui a eu son argent parce que tu ne sais pas comment il a eu son argent. Peut-être qu’il s’est vendu, il a fait des choses, ok ça c’est un cas. Mais peut-être qu’il a aussi travaillé. Donc au lieu de jalouser celui qui a l’argent, sois décomplexé par rapport à ça. Si quelqu’un a de l’argent, c’est bien, il a de l’argent, c’est super ! Va le voir, et demande-lui comment il a fait pour avoir cet argent. Je sais, la plupart des Africains ne vont jamais dire comment ils ont fait pour avoir de l’argent. Mais peut-être que tu tomberas sur certains comme moi qui n’ai aucune honte à partager exactement comment j’ai fait pour avoir l’argent, comment j’ai fait pour être à ce niveau aujourd’hui. Et être décomplexé d’argent aussi, c’est vraiment ne pas avoir de tabou de parler de ce qu’on a. Moi aujourd’hui, je n’ai aucun souci à dire que financièrement, ça va. Ce n’est pas pour me vanter, souvent c’est quand on est complexé par rapport à l’argent que quand quelqu’un d’autre parle d’argent, on est complexé. On se dit « oh, il parle trop d’argent et veut se faire voir » et tout ça. Non, pas forcément. Il faut qu’on arrive à parler librement de nos investissements, il faut que tu puisses me dire que par exemple, tu as deux investissements immobiliers en France, en Afrique ou peu importe, qu’on en discute librement parce qu’être décomplexé d’argent, ça te permet tout simplement d’apprendre des choses. Le fait de parler avec quelqu’un, de voir que ses investissements réussissent, je t’assure, ça te permettra toi aussi de pouvoir apprendre de lui et de pouvoir réussir tes investissements. Le fait d’être décomplexé de l’argent, ça te permettra peut-être de discuter avec quelqu’un qui gère mieux son argent et qui te permettra de savoir comment gérer ton argent. Donc c’est important de vraiment enlever tous les tabous qu’il y a sur l’argent. 

En Afrique, on a vraiment grandi avec l’idée que celui qui est pauvre, il est bon, il ira au paradis. Heureux les pauvres de coeur, car le Royaume des Cieux est à eux, c’est ce que certains utilisent. Non, ce n’est pas de ce genre de pauvreté là qu’on parle. Donc si tu penses qu’en étant pauvre, en étant misérable, tu vas aller je ne sais où, alors crois-moi, tu te fous le doigt dans l’oeil, clairement. Moi, je préfère encore avoir le maximum d’argent possible pour mettre ma famille à l’abri que de vivre d’une façon pauvre. Et certains vont nous dire « Oh non, l’argent ne fait pas le bonheur » Ok, l’argent ne fait certes pas le bonheur, mais je préfère largement être en train de pleurer ou être malheureux dans une villa au bord d’une piscine que d’être dans une cabane sans électricité, sans eau dans la chaleur, clairement. Il faut enlever ses pensées limitantes, il faut avoir le maximum que vous pouvez avoir. Il y en a tellement pour tout le monde, vraiment. Quand vous vous ouvrez au monde, vous vous rendez compte qu’il y a trop d’argent. Il faut juste savoir où aller chercher l’argent, prendre cet argent et le garder pour vous. Ca ne sert à rien de vivre de façon misérable et d’être là, de trouver tous les alibis et toutes les excuses possibles pour vous complexer par rapport à l’argent juste pour ne pas en avoir plus, non. Il faut enlever tous ces tabous avec lesquels on a grandi, je suis conscient de cela, mais il est important de les supprimer pour pouvoir avancer. Et la quatrième décision qui est vraiment une décision importante que j’ai prise en 2016, qui m’a permis d’arriver à un autre niveau dans mes finances, c’est tout simplement d’arrêter d’envoyer de l’argent inutilement en Afrique. Si vous faites partie de la diaspora ou si tu es en Afrique, arrête de vouloir régler les problèmes des gens. Moi, on m’appelait tonton générosité avant quand je vivais sur Paris. Personne ne pouvait venir me raconter son problème sans que je ne puisse lui donner de l’argent Un jour, on m’appelle : « Charles, on a tel souci » J’envoie de l’argent en Afrique. Un autre gars vient me voir, même en France : « Julien, j’ai tel souci », je donne de l’argent. C’est-à-dire que je partageais tellement que même quand je n’avais pas et que quelqu’un venait me raconter son problème, il fallait que je m’endette pour aller aider la personne. Vous voyez le niveau ? J’étais dedans mais comment est-ce que j’allais m’enrichir comme ça ? Parce que tout ce que je gagnais comme argent repartait. J’étais une poche trouée, clairement. Dès que je gagnais de l’argent, je partageais, je réglais tous les problèmes du village, tous les problèmes du quartier. Un oncle va m’appeler, une tante va m’appeler, un frère va m’appeler, un cousin va m’appeler, une cousine va me proposer son problème, je vais essayer de le régler. Et ça, vous savez quoi ? Ca ne va pas vous enrichir. 

J’ai fait ça clairement de 2010 au moment où j’ai commencé à travailler jusqu’en 2016, ça ne m’a pas enrichi. J’en suis sorti avec 50000 euros de dettes, plus de 50000 euros de dettes et j’avais 50000 euros d’échec de perdu en Afrique. Donc ça ne va pas vous aider. Vous voulez réussir, vous voulez gérer vos finances, appelez votre famille et dites-leur tout simplement que pendant 12 mois, vous ne pourrez pas faire face à leurs besoins parce que pendant ces douze mois, vous voulez vous construire, vous voulez avoir une épargne. Et moi je vivais à un certain point où quand la fin du mois arrive, j’ai tellement partagé, j’ai tellement géré les problèmes qu’il ne me reste plus rien pour moi-même. En fait, je me lève tous les matins, je pars travailler, je gagne quelque chose à la fin du mois et je partage. Et quand je suis arrivé à Dubaï, que j’ai eu mon premier problème qui était le problème des loyers sur une année qu’il fallait payer – ici à Dubaï on paye les loyers sur une année, ça c’était beaucoup plus le cas en 2016, c’est un peu moins le cas maintenant. Donc je suis arrivé avec mon épouse, on nous demandait de payer 30000 euros d’un coup. Je ne savais pas qui allait m’aider. Je regardais les gens en Afrique, c’était compliqué, ça chauffait sur eux. D’autres ne pouvaient pas, d’autres encore qui pouvaient ne m’ont pas aidé. Moi, après avoir aidé tout le monde pendant plus de cinq ans, personne ne pouvait m’aider quand j’étais dans les problèmes. C’est là que j’ai pris conscience qu’en fait, je ne peux compter que sur moi-même. Et toutes ces personnes que j’aide là, elles ne peuvent pas m’aider en retour. Parce que même si elles le voulaient, elles n’allaient pas pouvoir m’aider. Quand moi j’ai un problème, ce n’est pas un problème de 1000 euro, 2000 euros, c’est des vrais problèmes. Et il n’y a personne pour t’aider. Donc la charité ordonnée commence par soi-même. Commence déjà à gérer tes finances, à avoir une épargne de sécurité de côte, à avoir des investissements et utilise les bénéfices ou les retours sur investissement que tu vas avoir pour aider ta famille. Les cousins, cousines, tantines, oncles et tout cela, à un moment donné, il faut leur dire que tu ne peux pas gérer leurs problèmes. Tes parents encore, je peux comprendre. Ils sont vieux, ils se sont occupés de toi, ils ont dépensé pour toi, ça se comprend. Mais même tes frères et soeurs, tu n’es pas obligé franchement de les aider. 

Tu n’es pas leurs parents, tu n’es pas obligé franchement. Je sais que ce que je dis est grave, tu peux essayer de les aider une fois, deux fois, trois fois mais il y a des gens qui se plaisent dedans, qui vont à chaque fois te proposer leurs problèmes et vivre à tes dépens. Si tu veux t’occuper de tout le village, tu vas te retrouver sans rien. Et le problème, c’est que si jamais demain tu perds ton boulot, c’est vous tous qui perdez. Donc prends le temps de te construire d’abord. Prends le temps d’avoir une gestion financière, clean prends le temps d’avoir de bonnes finances, d’investir, d’avoir toi-même sorti la tête de l’eau avant de vouloir investir sur tout le monde ou bien avant de vouloir sauver toute la terre entière. Ca te permettra vraiment de pouvoir t’en sortir. Et franchement parfois, on porte tellement les problèmes des gens, on se dit que les gens qui sont en Afrique, quand on vit dans la diaspora, si on ne leur envoie pas de l’argent, ils vont mourir et tout. Non, croyez-moi ! Il y avait un oncle que je ne vais jamais oublier. A chaque fois il m’appelait pour me raconter ses problèmes. Et quand je l’ai appelé en 2016 pour lui dire « tonton tu sais, je ne pourrai plus t’envoyer de l’argent parce que là, j’ai besoin de temps pour me concentrer sur moi-même » là, il a commencé à me traiter « oui, tu es méchant, patati patata ». Pourtant je lui envoyais toujours de l’argent et c’est ça le propre du black ou de l’homme déjà en général pas que du black. C’est que tu peux l’aider neuf fois mais si la dixième fois tu dis que tu ne peux pas l’aider, il va te traiter de méchant, il va oublier tout ce que tu as fait. Donc ne te stresse pas. Du coup cet oncle, quand j’ai arrêté de lui envoyer de l’argent, j’étais rentré quelques années plus tard en Côte d’Ivoire. Mais vous savez quoi ? Il roulait dans une voiture, il a pu s’acheter une voiture pendant que je ne lui envoyais plus d’argent. Les gens qui sont en Afrique vont s’en sortir. Parfois on se dit qu’ils ne peuvent pas s’en sortir sans nous, mais croyez-moi, ils vont trouver des systèmes D, ils vont trouver des moyens de pouvoir s’en sortir. Donc cette quatrième décision est importante. 

Arrête de vouloir aider le village entier, arrête de vouloir aider l’Afrique entière. Concentre-toi sur toi d’abord. A un moment donné, il faut apprendre à être pingre, à se concentrer sur soi pendant 12 mois, pendant 2 ans, tu te détermines une période pendant laquelle tu réduis vraiment les envois inutiles pour sauver telle personne, pour payer la scolarité de tel, pour donner à manger à tel. Vraiment, il faut que ce soit des cas d’urgence. Quand ça concerne ton père, ta maman et encore, peut-être quelques uns de tes frères et encore, et sinon le reste, demande leur de te donner du temps pour t’en sortir, pour régler tes finances, et après tu pourras mieux les aider. Voilà les quatre décisions que moi j’ai prises, qui m’ont permis de passer à un autre niveau de ma vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *